Equateur – En route pour le Parc National du Cotopaxi part.2 – J158 à J160

J158 – Dimanche 13 juin – De la cascade au Camping La Rinconada 13 km (D+ 184m)


Toute la nuit, il a plu jusqu’à 6h30, il a fait froid dehors…. Et cela se vérifie quand nous ouvrons la tente (pour moi à 7h seulement, pour d’autres bien plus tôt !!). Les cimes des volcans autour sont enneigées. On n’a pas envie de quitter nos duvets, ni la tente. Alors on prend le petit-déjeuner à l’intérieur, on range tout ce que l’on peut aussi dans les sacoches, avant d’oser ouvrir la fermeture éclair de l’abside pour l’extérieur. Le reste du rangement se fera sous la pluie fine et froide. Les enfants emmitouflés dans leur sous-vêtements de ski, polaire, doudoune en plume et veste de pluie pour le haut, avec 2 pantalons et le pantalon de pluie pour le bas, sont prêts pour jouer dans les herbes mouillées.

Tout est mis sur les vélos mais on n’est pas motivés. On hésitait à rester toute la journée sous la tente… mais on ne sait pas s’il pleut encore pour la journée. Alors on tente l’entrée du parc pour voir de plus près ce Cotopaxi ! Avant de rejoindre la route, il nous faut remonter notre sentier escarpé en enlevant toutes les sacoches encore!! Alors comme hier, rebelote, on porte les vélos dans le chemin boueux et encore sous la pluie. Et enfin, on roule! Et oui, aujourd’hui est une belle journée puisque nous ne pousserons pas une seule fois nos montures. On pédalera! Alors, d’accord, sous la pluie, sous le froid, sous le vent, ça ne vous fait pas rêver, hein? Et bien, nous non plus!! 2 km et on arrive à 10h à l’entrée du Parc National du Cotopaxi. Quelques formalités (nom et numéro de passeport de chacun d’entre nous) et l’on peut y pénétrer gratuitement. Avant cela, petit tour au restaurant d’à côté pour commander 2 plateaux de pommes de terre, fromage frais, maïs chaud et choclos (gros haricots). La sacoche de nourriture est déjà bien lourde avec 3 jours de nourriture prévue pour 4 (même sans avoir pris pour les midis).


Le temps est au brouillard aujourd’hui, c’est pourquoi malheureusement, nous ne verrons que la base du cône du Cotopaxi, enneigé à partir de 4500m. Où nous sommes, il fait 0°C, avec toujours cette petite pluie fine. Le chemin est en terre/ boue avec quelques cailloux, mais large. Étant sur le plateau, le dénivelé est faible. Nous pouvons facilement pédaler tout en profitant de la vie autour de nous. On se sent tout-petit. Le monde ici est silencieux…. sauf quand un 4×4 nous double! On est dimanche et malgré le temps pourri, nous ne sommes pas seuls. Pas grave, nous continuons notre descente vers le sud du Parc. Il y est interdit de sortir de la route (considérée comme un sentier prédéfini, avec des cailloux à droite et gauche). Alors quand nous trouvons un abri (hors vent et pluie avec le tarp) près d’une roche hors du sentier, on a droit à une petite remarque. Les fleurs jaunes, crocus et mousse grise sont notre moquette qu’il est doux de fouler.


Retour sur le sentier boueux, toujours même programme: pluie/vent/froid (au point que nos doigts de pied et mains gèlent) et voituressssss. Nous contournons le sommet par l’Ouest, et empruntons la voie de descente vers la vallée de Latacunga. La route est inondée sur un passage, que nous arrivons à éviter sans tomber dans l’eau marron. Cool! Et déjà à notre droite, nous voyons un camping autorisé La Rinconada. Il est 13h, c’est très tôt, nous avons peu parcouru mais nous avons froid et envie d’être dans nos duvets au chaud. Nous savons également que ce campement est un point de vue magnifique sur le Cotopaxi s’il se découvre, et nous voulons nous donner une chance supplémentaire de l’apercevoir avant de sortir du parc. En restant une nuit à son pied, peut-être aurons nous une vue dégager à l’aube demain ? Nous ne sommes pas seuls ce midi, plusieurs groupes de jeunes sont là, des américains et des équatoriens autour d’un feu. Ils viennent à notre rencontre pour nous proposer de la nourriture qu’ils ont en trop sur leur campement. J’y vais avec les enfants frigorifiés, autour d’un bon feu de bois pendant que Sylvain monte la tente. On n’est pas déçus du repas gargantuesque qu’ils nous offrent, avec un café pour moi en prime!!! Très sympathique moment auprès d’eux où Sylvain viendra nous rejoindre également. Il aura droit aussi au café et soupe de nouilles, bien chaude histoire de nous réchauffer le corps et le cœur. Merci à eux!!!


Notre campement monté, nous partons avec Emma nous inscrire pour la nuit, acceptons le thé de bienvenue et revenons avec un fagot de bois sec. Le feu de camp est autorisé ici!!! Ca c’est bon pour les nombreux thés/cafés que nous pourrons boire dans l’après-midi! Mais aussi pour faire sécher les vêtements (chaussettes, chaussures, pantalon, ponchon) et les pieds de tout le monde! Dommage que tout soit dans le brouillard autour. Le seul bémol.


L’après-midi se passera autour du feu ou dans les arbres selon l’âge des protagonistes. Le camping se vide en ce dimanche avec l’heure limite de sortie du Parc. Seuls les 4 américains et nous, occupons les lieux…. et un renard! Il doit sentir l’odeur de nourriture cuits au feu de bois pratiqués par une dizaine de groupe ce midi. Nous aurons la chance de le voir, et de suivre dans ses recherches pour Sylvain, Emma et Raphaël.


Un bon feu ce soir nous permettra d’apprécier une nouvelle recette: oignons cuits avec de l’origan, ail et noix qui accompagneront le riz, le parmesan et le porc (offert par les équatoriens). Un délice. Soirée au chaud avec les étoiles et la lune qui se montrent parmi les sapins. Tranquilles. Heureux. Nous rejoignons la tente vers 19h30 au calme et nous endormons en douceur à 3885m.

J159 – Lundi 14 juin – Camping La Rinconada à Latacunga 43km (D+ rien! )


Rapides, nous le sommes aujourd’hui ! Non pas pour tout remballer, non, ça, on met bien toujours 1h30. Surtout que nous avons un bon feu ce matin pour le petit-déjeuner et que le Cotopaxi a osé se dévoiler un peu.

Rapide oui, mais pour la descente sur du goudron, lisse, sans trous, avec des shoulders de chaque côté. Pas de voitures qui descendent, donc la route est à nous!!! De la lave tout autour de nous, parfois recouverte de végétation, parfois écroulée et l’on peut voir les strates et imaginer les éruptions, parfois l’eau de la rivière la creuse un peu plus chaque jour. 12 km ainsi dans le Parc du Cotopaxi. Que du bonheur…. sauf que ce cher Cotopaxi ne se montre toujours pas. Il joue avec nos nerfs. Voici déjà la sortie pour nous du Parc, enfin l’entrée Sud. Et là, on repense à ce que nous ont dit 2 cyclos sur la différence de difficulté entre la route du Nord et celle du Sud. On confirme! Le Nord est plus éprouvant de part les pentes et ces chers pavés glissants, où les roues glissent parfois entre deux, où il manque des pavés et de l’espace…. Mais bon, c’est fait!


Le reste de la journée ne sera aussi que descente sur 31 km encore pour atteindre Latacunga. Nous ne prenons pas la Panaméricaine mais de petites routes soit en goudron (ces portions lisses nous régalent, et profitons de chaque instant car si rare ici), soit en pavés (et c’est parti pour les vibrations) soit en terre ou boue dû l’humidité des jours précédents!!
La fraîcheur s’éloigne au fur et à mesure de notre descente en altitude.


Après un déjeuner conséquent, nous recherchons un hôtel sur la ville d’arrivée… Pas facile sans connexion, nous toquons à la porte de plusieurs établissements mais nous ne trouverons notre bonheur qu’après avoir récupéré du wifi auprès d’un grand Mall américain et découvert que dormir dans cette ville n’est pas donné….


Une auberge de jeunesse sera notre point de chute du soir avec une chambre près de la cuisine équipée d’un four et d’un frigo, mais avec que 3 lits simples! Et bien, à tour de rôle nous nous relèverons auprès de Raphaël… qui remue beaucoup la nuit!!! Alors que ce soit pour moi aujourd’hui ou Sylvain demain soir, nos nuits furent courtes!
Heureusement, on y reste une journée (J160), histoire de faire de l’école (du Ce2 pour Emma et du Cp pour Raphaël), de changer les boîtiers de pédalier et les chaînes pour les deux vélos (enfin! nous avons trouvé les pièces aux bonnes dimensions et Sylvain « MacGyver » fait le reste!!), de se promener dans la ville et sur la Place centrale en mouvement, de manger de bons croissants et viennoiseries…. et d’écrire sur le Blog! Après cela, c’est reparti en J161 sur nos montures…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :