J67 à J68 Pedro de Alvarado (Guatemala) à la Libertad (El Salvador)


J67 (Dimanche 14 mars) Ciudad Pedro de Alvarado à Playa Dorada 71 km


5h30 réveil pour tout le monde, 7h on décolle…. Histoire d’être tôt à la douane à 3 km d’ici. La sortie du territoire se fait vite. Juste un laisser-passer et un tampon, l’amabilité en moins!
Le Rio Paz sert de frontière entre le Guatemala et le Salvador et nous y dépassons notre chauffeur rencontré la veille dans la file d’attente. Au moins, il a avancé !! De notre côté, il ne nous faudra qu’une heure pour faire vérifier nos passeports et tests PCR sur le pont, puis à l’immigration pendant que Sylvain doit ouvrir toutes les sacoches😩, puis à la douane pour compter nos sacoches sur les vélos ! Nous avons enfin notre sésame à garder pour la sortie du territoire. El Salvador nous voilà !!!

Nouveau pays: alors? Qu’est-ce qui n’a pas changé ?
La langue: l’espagnol
La chaleur : toujours + de 30 degrés
Le paysage: les champs de canne à sucre et son odeur ambiante de sucré
Les déchets au bord de la route: je n’arrive toujours pas à m’y faire, ni à la quantité, ni à l’odeur nauséabonde (sans parler des animaux morts…) ni au fait que c’est l’homme qui les a mis là
Les wc: le papier toilette usagé se met encore dans la poubelle à côté😣
L’eau : toujours non potable au robinet!

Qu’est-ce qui change?
Les motards: ils ont enfin un casque! 😅 Au Guatemala, 2% le mettent, contre 99% qui mettent un masque même seul sur la moto😷
La monnaie: le dollar américain remplace le quetzal guatémaltèque
Les rivières : certaines sont à sec ici, alors que l’eau coule à flot au Guatemala
La route: nous avons plus d’espace sur la droite pour circuler en toute sécurité
L’accueil: nous avons dû dire bonjour 200 fois, sourire autant, comme lever la main. Nous avons toujours eu une réponse!!! Toujours un sourire! Les gens sont très avenants et ça fait un bien fou😊.

Metalio, 38km de notre départ, 11h. Forcément on a faim 🤣 Tostas double pour notre déjeuner: pain toasté à la plancha, viande, jambon, tomate, sauce, salade, fromage, oignons marinés au piment (Sylvain goûte) et piments en option (je goûte, soyons fou!!). Un délice!


Plus que 34km avant notre arrivée prévue au bord de l’océan… Et nous poursuivons sur la Carretera du Littoral. Pour rafraîchir mes 3 gourmands, ce sera glaces. Pour moi, eau fraîche à la station service! Des salvadoriens à moto viennent nous souhaiter la bienvenue dans leur pays! Que vaya bien!

Pas de dénivelé aujourd’hui mais toujours cette chaleur qui nous donne mal à la tête… Nous approchons de l’endroit présumé du soir (issu d’une appli)… et ne trouvons rien. Que des villas de salvadoriens en bord de mer. Il est déjà 15h…
On tente notre chance au restaurant « Playa Dorada » qui accueille des locaux la journée uniquement, entre piscine et plage de sable noir (pays des volcans aussi!). C’est ok🤗…. Les enfants sautent déjà dans la piscine ! On en profite aussi de cette fraîcheur, t-shirt sur le maillot de bain. Ici comme au Guatemala, la baignade se fait habillée.


En échange de pouvoir poser notre tente ici gratuitement, nous mangeons dans leur restaurant: crevettes à l’ail ou panée (la spécialité de la côte salvadorienne est la crevette géante!!), filets de poisson frais à la coriandre! Notre premier repas haut de gamme du voyage. On apprécie d’autant plus que nous sommes seuls face à la mer et qu’ils sont vraiment d’une grande gentillesse envers nous…


Notre tente sera posée au premier étage de leur restaurant ouvert (4 piquets et un toit) au plus proche de la plage. Le voisin nous fait profiter de son feu d’artifice 🎆🎇. Les vagues nous berceront toute la nuit. La fraîcheur n’arrivera que bien plus tard. Mais nous sommes heureux de cette première journée au Salvador. 😄 Pourvu que ça dure!!!

J68 (Lundi 15 mars) Playa Dorada à La Libertad 55 km


Un étage de descendu, une prière du propriétaire Roberto et nous nous engageons sur la Carretera del Littoral encore aujourd’hui dès 8h20.


On ne vous dira pas que nous avons longé l’océan Pacifique sur 55km, avec vue sur les falaises (ancienne coulée de lave), les plages de sable noir, les palmiers, les arbres en fleurs, les vagues et ses surfeurs ! Non, non! Ça vous ferait trop de mal! 🤣
Ok je vous vends du rêve…. alors que la réalité était tout autre!
On ne dira pas que 30 minutes après notre départ, nous sommes déjà ruisselants sous nos casques et casquettes, que nous avons soif de boissons fraîches et faim, et que l’on ne sent pas la rose! Non, non!
Que nos vêtements ne sont pas lavés depuis 4 jours!😜
Que le rivage est escarpé et découpé = beaucoup de dénivelés à flanc de collines!
Que nous oscillons entre côte sous la chaleur plombante (on bat des records de lenteur et de chaleur) et descente avec virage près des camions. Non, non!

Que nous passerons 5 tunnels…. salvadoriens (et ça fait toute la différence !!!) : pas d’aération (Sylvain a pu apprécier la couche de pollution et de moiteur sur les murs), pas de sortie de secours, pas de shoulders (bande d’arrêt d’urgence), pas de lumière à l’intérieur, rien! Alors on ne dira pas que, lors du tunnel n°3, (seulement long de 577m) avec nos lampes frontales et solaires, nous étions plus visibles que la camionnette sans phares avec, à son bord, un copilote et son portable qui, de l’habitacle, essayait d’éclairer la route à son pilote!!!! 😳


Que nous avons tenté de nous infiltrer dans la communauté de surfeur/ « m’as tu vu? » de la ville d’El Tunco, et que nous en sommes sortis très rapidement car pas à notre place!

Mais on vous dira par contre qu’on a pu remplir nos gourdes avec l’eau de la montagne aidés par un couple salvadorien.
Que nous avons bu 1l de jus de melon fait maison, 1l de jus de tamarindo idem, 1,5l d’eau et 4 sandwichs tout ça pour 2,5 $ (sur le bord de la route).
Que mes 3 gourmands ont pu apprécier une bonne glace sur les vélos, 2 tranches d’ananas frais pour moi.
Que nous avons trouvé une chambre en dortoir chez l’habitant, Ulysse et Roxanna, dans une maison toute en bois, ouverte, avec son toit en feuilles de palmiers, sur la plage de Majahual, face aux vagues où nous resterons 2 jours pour fêter l’anniversaire de Raphaël. 🎂
Que les pélicans surfent au-dessus des vagues, juste en face de « notre » salle à manger
Ici, on surfe dans le jardin, les enfants font des circuits de sable entre les tables, et la douche ouverte avec son rideau se trouve dans la pièce à vivre…. qui fait restaurant! Pudique s’abstenir!!! 🤣🤣🤣

Que sur les 84 personnes (si, si, je les ai comptées) que nous avons croisées sur la route aujourd’hui et à qui, dans un sourire, nous avons dit « buenos dias » : conducteurs de motos, voitures, camions, tous ceux qui faisaient la circulation, des travaux sur la route ou devant leur maison, qui cuisinaient des tortillas ou autres plats, qui emmenaient les enfants à l’école, qui vendaient, qui attendaient le bus, qui faisaient du vélo, qui portaient leur tas de bois sur le dos (pour cuisiner), qui buvaient leur bière…. TOUTES, oui toutes, nous ont répondu soit avec quelques mots ou une salutation de la main mais toujours avec un large sourire! Et ça, ça n’a pas de prix! Mais ça nous change notre voyage complètement puisque nous sommes dès le matin, au plus proche des locaux. Alors merci à eux pour cet accueil ! 😍

6 commentaires sur “J67 à J68 Pedro de Alvarado (Guatemala) à la Libertad (El Salvador)

Ajouter un commentaire

  1. ça donne envie comme d’habitude ! Et ça fait du bien de vous lire avant de partir bosser, ça met de l’exotisme dans ma journée !! On vous embrasse tous les 4 profitez de la sympathie des gens qui vous entourent, ce n’est pas toujours le cas chez nous !
    faby, gilles, les enfants et les 3 petits enfants !

    J'aime

    1. Merci Faby pour le compliment. Si on peut aider pour l’exotisme de ta journée tant mieux! Encore aujourd’hui nous avons reçu beaucoup de gentillesse des locaux….à nous d’en donner aussi!! 😉 nous vous embrassons tous et toutes les générations !!

      J'aime

  2. merci pour ce compte-rendu plein d’humour ! au moins , il y a un grand point positif : les Salvadoriens ont l’air accueillant ! et se nourrir semble être très abordable … mais la chaleur , la saleté … ce doit être difficile à supporter !

    J'aime

    1. Je confirme: c’est un véritable coup de cœur ce pays pour son accueil!!! On peut facilement manger sur les bords de route où les familles de leur maison, cuisinent et vendent de bons plats mijotés ou des tortillas…. on en profite bien!!! La chaleur est difficile à supporter car cela nous prend bcp d’énergie et d’eau ! A nous de nous organiser pour partir plus tôt 😁

      J'aime

  3. Bonjour les aventuriers,

    Et vous voilà au Salvador….J espère que vous allez bien. Tout d abord, avec un peu de retard, toute ma petite famille souhaite un bon et heureux anniversaire à Raphaël……quelle chance il a de fêter un an de plus au bout du monde, en vivant une expérience inoubliable. Ce sont des mo.ents qui pour lui resteront inoubliables.
    A votre retour il faudra que Raphaël prenne une photo avec moi en tenue pour compléter son album des forces de l ordre dans le monde 😉😉😉😉. De notre côté, nous avons fêté les 5 ans de Lise.
    Comme d habitude, merci de nous faire partager votre périple. Vos photos nous permettent de découvrir un pays fabuleux mais je ne comprends pas que l on puisse laisser des déchets joncher les sols. Il y a vraiment du travail à faire pour la gestion des déchets.
    Tant mieux que les gens soient plus accueillants, cela rend votre aventure plus sympa. Et c est le but aussi je pense de votre périple, rencontrer, vivre au plus près de la population locale….échanger, partager!!!!
    Les plages sont belles….et oui de notre charente on vous envie.
    On attendra cet été nous pour en profiter…..direction la Loire Atlantique avec nos vélos bien évidemment.
    Avec la situation sanitaire qui n évolue pas, il était difficile de vous rejoindre sur votre route……on regrette mais promis, on se retrouvera en France.
    On vous embrasse.
    La famille VIGIER

    J'aime

    1. Bonjour la famille Vigier! Merci pour ces nouvelles charentaises qui nous font toujours autant plaisir.
      Merci pour Raphaël. Effectivement ce sont des souvenirs mémorables (il se souvient bien de son anniversaire de l’an dernier à Guanajuato au Mexique avec une autre famille de voyageurs…). Des souvenirs et plaisirs simples mais dans des endroits magiques et gravés à jamais.
      Bon anniversaire en retard à votre Lise!! Raphaël était un poil plus jeune qu’elle, quand nous sommes partis…. comme quoi tout est possible encore pour vous!! 😉
      Ça marche pour la photo….même s’il est un peu timide, il aime toujours autant les pompiers les policiers et ici ils sont bien armés !!!
      L’échange avec les habitants est essentiel pour nous, nous apprenons bien plus sur un pays grâce à eux. Et puis, franchement, ici ils sont adorables, avenants !!
      La situation et les frontières ouvertes ou non, cela aurait compliqué de s’organiser pour se retrouver … nous ne savons pas où nous serons dans un mois, alors cet été ??? Le rdv sera en France dans un peu plus d’un an, promis!!
      A bientôt la famille
      Plein de bisous à vous 5
      La famille cyclo

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :