Equateur – Cap sur l’Amazonie – J168 et J169

J168 – Mercredi 23 juin – Baños à La Maison Squattée 44km (D+ 699m)
La Route des Cascades


Nous quittons le centre ville de Baños vers 8h30, après avoir fait quelques courses pour le petit-déjeuner et le pain, sous le soleil et les nuages blancs ce matin.

Dès la sortie de la ville, on comprend pourquoi la route a été coupée! De la terre, de la boue, des roches et des branches d’arbres jonchent le sol de part et d’autre de la route goudronnée à plusieurs endroits. Les caniveaux sont pleins également et donc bouchés. Toute l’eau non évacuée est sur la route. Alors on se mouille et on se salit vite! Les bus et voitures nous arrosent en dommage collatéral. La route descend, nous allons vite en suivant le Rio Pastaza, marron et bouillonnant! Appelée aussi « Route des Cascades », aujourd’hui après des jours de pluie, on comprend pourquoi. Il y en a partout et même à notre vitesse, on n’arrive pas à toutes les admirer, on ne sait pas où donner de la tête…🤩
Les eaux du barrage Agoyan sont en furie. Elles sont projetées, 3 superbes gerbes d’eaux marron s’enfuient et filent dans le Rio Pastaza juste sous nos pieds et le pont que nous traversons. Et on n’aura de cesse de les poursuivre et de s’en émerveiller. Nous admirerons ainsi les cascades « Agoyan » avec un superbe arc en ciel et des fleurs en prime…

« El Manto de la Novia » en arc de cercle…

« San Pedro »….et bien d’autres! Puis, au troisième tunnel, où nous ne pénétrons jamais (des panneaux nous l’interdisent, et je suis scrupuleusement la loi!😁) mais utilisons une route « panoramique » spéciale pour les cyclistes. Nous pouvons sereinement nous arrêter n’importe où, pilant si on le souhaite, pour admirer et profiter du paysage. 2 autres passages sont aménagés ainsi à flanc de montagne. Plus serein, plus calme, moins dangereux que la route, on adore! Par contre, il y a tellement de pluie que des mini cascades se sont formées sur notre gauche et sous lesquelles nous passons.


La route descend toujours jusqu’au « Pailon del Diablo », une autre cascade, très célèbre. Après avoir posé les vélos derrière un restaurant, nous descendons sur un sentier aménagé dans la nature. Nous entendons cette cascade non visible encore pendant les 30 minutes de marche. L’accès à la cascade est payante certes mais c’est vraiment magique d’en être aussi près et de pouvoir avancer, accroupis, sous la roche humide à quelques mètres du souffle. Nous sommes trempés alors qu’il ne pleut pas, mais heureux! Nous prenons même le temps de descendre quelques escaliers pour arriver plus bas sur la rivière. La force de cette eau nous fascine. C’est superbe! Nous ressortons et prenons du recul sur un pont aménagé afin d’apprécier l’arc en ciel à ses pieds. La remontée jusqu’aux vélos est moins rapide mais toujours aussi tranquille.


On reprend la route des étoiles plein les yeux. Et de la pluie dans les cheveux! Argh, il fait froid! Et avec la descente et le vent qui découle de notre vitesse aérodynamique, nous avons encore plus froid!
La pause déjeuner doit se faire sous un abri de bus, histoire de ne pas manger nos sandwiches mouillés!


Avec ponchos et tout notre attirail « spécial pluie » qui mouille beaucoup, on repart et on redescend encore plus…. Mais sans rien voir du paysage malheureusement, à cause du temps… pourri! L’œil est aux aguets pour trouver un terrain pour bivouaquer.

Notre dévolue sera sur une maison abandonnée parmi les grandes herbes. On passe de voyageurs à bivouaqueurs puis squatteurs 😛…. Petit coup de balai avec un tee-shirt trouvé sur place et un bout de bois, et nous voilà dans un lieu chaud et sec. La tente est montée à l’intérieur dans la pièce principale mais en prend toute la largeur. Donc, on cuisine d’un côté avec les tongs, on passe par la chambre de la tente puis on ressort de l’autre côté de la tente pour aller aux toilettes dehors avec les baskets. On a même de l’électricité pour recharger les batteries et de l’eau que l’on récupère à la cascade, plus loin sur la route après l’avoir filtrée. Orage et pluie ce soir, mais on est bien à l’abri!!! On est descendu en altitude forcément, et les murs nous protègent bien pour cette douce nuit au chaud…



J169 – Jeudi 24 juin – Maison squattée à Mushullacta 54km (D+ 212m)
Porte d’entrée sur l’Amazonie


Départ de notre maison de la nuit à 8h30, comme quasiment chaque matin! Mais là on est sous le soleil…. et ça fait du bien au moral et aux articulations (bah oui, on est vieux!!). On descend encore sur les villages de Mera et Shell avec de beaux panoramas sur la jungle… et les sommets El Altar (5319m) et Sangay (5280m) tous deux enneigés.

Arrivée tôt dans la matinée sur Puyo, où nous hésitons à faire une excursion de plusieurs jours dans l’Amazonie auprès d’une communauté. Le prix ainsi que l’authenticité de ces tours (en venant dans un village où les habitants dansent pour vous….) nous en dissuadent. On fait donc le plein de vivre pour pouvoir aller jusqu’à Macas à 130km de là (donc en 3 jours). On traverse la ville toujours ensoleillée et en descente par la seule route du coin la « Tronca Amazonica » qui longe l’Amazonie. La descente n’est plus…. Les côtes et descentes à tour de rôle ont pris le relais avec la chaleur. Mon t-shirt manches longues renforcé grand froid me colle à la peau! Arrêt sous un arrêt de bus pour le déjeuner. Nous repartons avec de gros nuages mais toujours le même type de route goudronnée. La musique sera de bonne augure pour faire passer le temps plus vite: Eminem et Diam’s côtoient Brel et Jean-Pierre Mader. On ouvre les possibles musicaux aux enfants!! D’ailleurs si vous avez des idées???


Veracruz, Nuevos Horizontes et El Paraiso (noms évocateurs) et autres villages traversés proposent de superbe vue sur l’Amazonie. Et cela a quelque chose de magique d’être aussi près. A sa porte! On se sent petit…. On se retrouve entre les montagnes de la cordillère et la plénitude verte de l’Amazonie. Des collines toutes vertes de forêts… un vert intense. Normal vu la pluviométrie ici… et encore de la pluie pour nous, encore l’équipement à sortir sur la route (pas de trottoir ici). Heureusement un arc en ciel l’accompagne souvent et le soleil revient!


C’est ainsi jusqu’à Mushullacta. Une panaderia nous invite mais les nuages gris encore sur notre dos nous incite à se diriger vers la station service où nous aimerions demander à bivouaquer. En fonction de la réponse, on continue nos recherches ou on se pose et on retourne acheter du pain. Le deuxième scénario nous plaît et se concrétisera avec l’accord du propriétaire très sympathique, par ailleurs! On recommande. Alors boissons et pain, même lait accompagné de poudre de cacao testé. Les enfants adorent et on y retournera encore une fois pour le lait du petit-déjeuner demain.

Lecture, écriture pour Emma. Temps de repos en musique dans la tente pour Raphaël. Le repas du soir sera entouré du film « Charlie et la chocolaterie » et d’un chat (nous rappelant notre Rapido resté en France, merci Flo de l’avoir adopté) et d’un chien de la station-service. Nuit chaude pour ce soir avec le moteur des camions bus et voitures de passage sur cette aire.

2 commentaires sur “Equateur – Cap sur l’Amazonie – J168 et J169

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour les aventuriers,

    Cela faisait un certain temps que je n avais pas pris le temps de vous écrire, mais je vous rassure, je ne rate rien de votre expédition et je prends toujours autant de plaisir avec vous lire et à regarder les belles photos. C est tout simplement magnifique, les forêts, les montagnes, les cascades, les routes que vous empruntez font rêver…..il est vrai que de mon petit confort c est facile à dire. Je me répète à chaque message, mais c est exceptionnel ce que vous faites et je n en demords pas….le mental, le physique, le courage, rouler avec ce climat qui n est pas toujours facile ( le mot est un peu faible), rend votre aventure encore plus exceptionnelle.
    Je n ai qu’ un seul mot: respect à vous quatre.
    Quelle est la suite de votre aventure? Où allez-vous? Est ce que le covid est toujours un frein pour poursuivre votre aventure sereinement ? Avez-vous été vaccinés ?
    Ici en France, le climat n est pas réjouissant et le début d été et comme on peut dire pluvieux. J espère juste que quand mes vacances arriveront c est à dire le 17 juillet, il va faire meilleur. Je vous l avais dit je crois mais on part dans les marais salants de guerrande…..avec nos vélos…. on va essayer de vous faire concurrence 😀😀😀😀😀.
    Sinon hier pendant mes repos je suis allé faire un tour dans les bois avec lise et on a eu la chance de trouver des cèpes. La balade a été un peu compliquée car lise s arrêtait à chaque branche qui se trouvait sur son passage 😃. …un peu précieuse la miss!!
    Pour revenir à votre aventure,j aurais voulu être avec vous pour les tyroliennes…..J adore ce type de sensations.
    Pour les enfants, quelques petits conseils musicaux : Golman, téléphone, U2, Zazie, colplay……
    Je vous laisse sur ces quelques lignes. Continuez à nous faire rêver, voyager….
    On pense à vous bien fort.
    On vous embrasse très fort.
    A bientôt pour de nouvelles aventures.
    Fabien

    J'aime

  2. Toujours aussi poignant vos récits, mais que d’eau, que d’eau, que d’eau !!!! que se soit en cascades ou tombant du ciel (ici aussi on déplore la pluie qui est présente tous les jours sauf que nous sommes au mois de juillet!!!) . Courage! la beauté des paysages compensent la dureté du parcours, on est avec vous, même si c’est facile de dire ça quand on est dans son canapé. Bizz à vous quatre

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :