Bolivie – Transition motorisée – J621 à J623

J621 – Jeudi 6 janvier – Villazon à Tarija

Et c’est parti ! Peu de vélo bien sûr aujourd’hui, juste 3km pour rallier notre hôtel au terminal de bus de Villazon et attendre là-bas sur le quai, notre bus tout neuf arrivant pour 9h!


Les vélos d’abord enfournés dans la cale puis les 11 sacoches… et c’est ainsi que nous commençons notre épreuve du jour, bien plus stressante et fatiguante que lorsque nous enfourchons nos destriers, si chers à nos cœurs (même avec les médocs adéquates!).
Re-découverte rapide des 24 premiers kilomètres sur asphalte puis c’est « la route de la mort », selon une utilisatrice précédente, lue sur internet, qui ne nous a pas réconfortée mais conseillée pour prendre le bus de jour! Poussière, vitesse, cailloux, ravins, chemin d’une largeur d’un bus mais pas deux! La flippe de descendre avec tous ces virages sans visibilité. Et puis, la rivière dans ce monde minéral, que nous longeons. L’endroit est magnifique, un beau bivouac! La côte commence ensuite jusqu’au village de Yunchara:
le petit arrêt de la journée. Comme on aime l’aventure, on mange des empenadas. On ose! Même pas peur pour la suite.


Heureusement que cette portion, nous l’avons fait en bus car franchement entre la pente, la longueur et son isolement avec un seul village de ravitaillement pour avoir de l’eau et de la nourriture sans trop se charger, ça n’aurait pas été évident! Mais après le village, une renaissance: de l’asphalte. Une dernière pente pour arriver sur l’autre versant et encore là, magnifique. Une vue sur Tarija, sur des cascades, des lacs, de la végétation (qui dénote de la sécheresse précédente). Quelle belle descente et quels bons freins jusqu’à la ville de 250.000 habitants.

A 14h, nous récupérons nos sacoches complètement recouvertes de poussières. On se renseigne pour les bus pour Yacuiba, seulement de nuit. Dailleurs, il y a un départ à 21h ce soir. On y réfléchit en partant en direction du camping en ville. Sur la route, on fait des courses et on pique-nique sur un terre-plein entre les voitures. C’est peut être jn peu trop d’enchaîner direct sur un autre bus… On garde l’idée du camping pour une nuit et pour faire l’administratif. L’idée sera presque oubliée quand, devant les lieux, personne ne nous ouvre. Après 1h d’attente, on se résigne et changeons d’idée: on peut prendre le bus de 21h pour Yacuiba et tout gérer là-bas. A 2 doigts de partir, les propriétaires arrivent. Les enfants sont heureux pour 2 raisons: l’évitement du bus ce soir et les jeux dans le jardin… en herbe! Un autre heureux pour la tente aussi! On se pose enfin dans ce cadre fait pour nous chez Pablo et Fernanda avec des sanitaires indépendants, leur fille qui joue avec les nôtres, du WiFi, de la verdure et un salon de jardin pour manger dehors. 

J622 – Vendredi 7 janvier – Tarija off


Journée marathon comme toutes les journées off:
Test pcr
Magasin de vélo
Tickets de bus réservés en place
École
Le midi, petite pause dans un très bon resto « hamburger » fait maison, pour faire plaisir aux petits et aux grands!!!
Grande balade pour un retour à pied le long de la rivière et des terrains de foot avec beaucoup de matchs qui se jouent
La fin d’après-midi se passe à jouer et préparer la frontière avant le repas entre nous 4, préparé dans leur cuisine.

J623 – Samedi 8 janvier- Tarija off bis


Aujourd’hui, aussi marathon mais avec notre départ en bus ce soir:
Tests Pcr x3 avant 9h au laboratoire pour avoir les résultats avant 13h
Petit-déjeuner sur la place d’hier, « Plazuela Mariscal Sucre », mignonne comme tout, en herbe où nous rencontrons d’autres français lors de l’attente de nos crêpes et gaufres au Nutella. Succulentes! Chaudes! Les gaufres bien sûr! Nous découvrons le parcours de ces français, Tristan, Mélodie et David entre autres sur les routes du monde en sac à dos. Ils partent ce matin pour Yacuiba. Peut-être les retrouverons-nous à la frontière demain matin???
Magasin de camping encore fermé pour acheter une bouteille de gaz, argh….
Petit retour en vélo jusqu’au camping
Rangement par Sylvain et papiers pour la déclaration juridique pendant 2h avec un Wi-Fi bof bof!!! Entre les démarches avec le gouvernement argentin et les résultats des tests PCR, c’est long!
Dans l’après-midi, enfin, nous allons dans une tienda pour imprimer tous les papiers en 3 exemplaires : Tests, déclaration juridique, mails de l’ambassade de France, assurance de nous 4, passeports, cartes vaccinales…


Rangement encore avec petits desserts sucrés pour nous doper et on part ensuite pour le terminal de bus à 7km où on y arrive vers 19h après un arrêt repas sur la route, au bord de la piste cyclable.
Mais, au Terminal de bus de Tarija, petite surpirse: notre bus est annulé! Argh.

Heureusement on a pu prendre d’autres billets… pour dans 40min! Alors, on file sur le quai avec l’absorption de nos remèdes miracles pour mes transports. Les vélos sont mis dans la soute mais ayant moins de place, c’est plus compliqué pour les installer et les enfourner en longueur. Une heure plus tard, le bus démarre dans la nuit. Un peu de podcast sur l’histoire puis Raphaël essaye de s’endormir, la tête sur mes genoux. Je profite de la musique pour me relaxer avant l’épreuve de la frontière demain. De la dernière frontière.
Le chauffeur ne fait pas le Dakar, une aubaine pour nous dans ce vieux tacot… La nuit est parsemée de sommeil, de bruits, d’arrêts, de secousses, d’inquiétude car je vais 2 rangées plus loin pour m’allonger mais avec l’appréhension que Raphaël tombe de la banquette… Les heures tournent et les kilomètres défilent dans les phares et les virages… jusqu’à Yacuiba!

3 commentaires sur “Bolivie – Transition motorisée – J621 à J623

Ajouter un commentaire

  1. Ça y est , une autre frontière, « la dernière », en bus pour changer ou tout simplement pour le folklore 🤭
    L’aventure continue vers un nouveau pays, elle commence sous un soleil ☀️☀️ ardent, alors restez prudents, prenez soin de vous 😉 et en attente d’une nouvelle lecture …. (Merci à toi ma chérie de prendre le temps le soir d’écrire pour notre plus grand plaisir, merci de sacrifier ton sommeil 🥱) bizz à vous quatre

    Aimé par 1 personne

  2. Hello mes aventuriers préférés,

    Le bus autre moyen de transport, moins fatiguant pour les gambettes ,elles ont droit un petit repos bien mérité. Sage décision pour atteindre l’Argentine ,encore un pays à découvrir.
    J’ai lu que Taridja est la région la plus viticole du pays, peut être avez vous eu le plaisir de gouter les vins..peut être plus efficace que les médocs pour dormir dans le bus !!
    Merci à vous de nous tenir informé de votre progression , toujours un plaisir de vous lire et de nous faire partager votre périple .
    Bon courage pour la suite , prenez en plein les yeux et le coeur .
    Bisous bisous à tous les 4 .

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour le commentaire de cette nouvelle étape de votre aventure en bus pour atteindre la frontière et passer en Argentine et pour les photos qui l’accompagnent, dernière frontière cela veut dire que la fin de votre voyage se profile…
    Bonne continuation et bon courage pour la suite

    J’aime

Répondre à ANNICK Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :