Saison 2: J60 à J61 Escuintla à Monterrico

Deuxième départ, deuxième saison de voyage et déjà deux mois que je rédige, à titre personnel, nos journées vécues ensemble, seulement nos journées de vélo où tant d’aventures nous arrivent, tant de surprises, tant de rencontres. Je me lance pour vous les partager, histoire de connaître au plus près nos moments de joie et de galères parfois…ce que nous ressentons, ce que nous voyons au quotidien, ce que nous vivons loin de vous. C’est parti! Bonne lecture. Laetitia

J60 Escuintla à Iztapa 65 km


8h20 nous lâchons notre chambre d’hôtel du quartier de la Colonia Jacarandas. Après réflexion, nous avons décidé de profiter un peu de la côte Pacifique avant de passer la frontière et le test PCR pour El Salvador. Direction le sud donc… sans le dire aux enfants! 🤫
Ce sera par la route principale qui est bien équipée en shoulders (bande d’arrêt d’urgence). Bon, elle est bien dotée aussi de bouts de verre, de déchets divers et variés, de bouts de canne à sucre….à nous de bien zigzaguer sur cette bande! On est expert maintenant. 😉

Le soleil est avec nous, le vent chaud de face également (ça nous aère !!!) et bonheur, nous sommes en légère descente.😋 
Nos jambes se délient et nous préférons rester sur cette belle route goudronnée plutôt que de tenter le diable par le chemin de cailloux et de poussière qui nous tend les bras sur notre gauche à Managua!
Nous avalons les kilomètres ! 30km en moins de 2h.
Les champs de Canne à Sucre succèdent aux Ranchos et ainsi de suite. Petite photo d’un camion sortant des champs de canne avec 5 remorques🚛 🚚🚚🚚🚚🚚 pour le plus grand plaisir des enfants  😊! Puis ce sont les bananeraies qui nous accompagnent jusqu’à l’océan.

Dans tous les aldeas (lieu-dit) que nous traversons en ce dimanche, c’est le même accueil: grand sourire, main levé, « que vaya bien! »… Ce que cela est agréable. Beaucoup de cyclos Guatémaltèques en sens inverse retourne vers la grande ville. Idem pour les sourires!
11h37 Puerto San José à 51km de notre départ, et nous pouvons faire nos courses car….. nous avons faim, forcément 😅! Sur un banc près du parking, nous avalons melon bien juteux (Raphaël adore et s’en met plein partout!), sandwich maison et petit gâteau sucré « Principe », sorte de Prince, pour mes 3 gourmands. Je n’ai toujours pas trouvé de saucisson pour mon dessert! 😜
Mais à part ça ?? Où dormons-nous ce soir? « Il faudrait peut-être s’affoler! » dirait ma mère. Manque de pot, notre forfait téléphonique guatémaltèque est terminé depuis ce matin, c’est râpé pour chercher sur internet un camping/ hôtel avec jardin…. Pas de stress, on va vers l’Est, on longe l’océan et on trouvera bien!
Finalement on va bien vers l’Est pendant 14km de plus, sous un soleil de plomb (34° à l’ombre) et ne trouvons aucun hôtel, seulement la base navale du Pacifique et la mangrove! Pas d’océan en vue pour l’instant! 🥺
On commence à fatiguer et voyons grâce à une appli (ioverlander) que ce côté du Pacifique est le coin préféré pour la classe aisée du Guatemala !😱  Ça se corse pour notre camping pas cher au bord de mer!
Réfléchissons vite et bien: il est 13h30, on entre dans la ville d’Iztapa. Sur les prochains 20km, ce ne sont que des hôtels-resorts! Nous essayerons donc de trouver plutôt un coin par ici en centre ville. Nous déambulons et croisons Toma, un policier à moto qui connaît un hôtel où il pourrait demander pour nous pour y camper! On le suit donc à vélo! 🏍🚲🚲


Nous voilà ainsi à l’hôtel Libéria, en face du Rio Maria Linda qui nous sépare d’une bande de sable et du Pacifique. Maurice, le propriétaire nous garde nos vélos pendant que nous traversons la rivière avec une lancha (petite barque avec moteur).

Ce sera après-midi plage avec du sable noir sur la langue de terre en face. Côté Pacifique, personne sur la plage. Les courants et vagues sont réputés dangereux ici. Les enfants n’y mettront que les pieds. Pas grave, il reste le sable pour y faire un château face à la mer! Celui-ci sera englouti par la marée montante.
Pas découragés, et après avoir rassasiés les estomacs par un goûter, nous nous dirigeons du côté de la rivière… tous les locaux sont là, la musique aussi, bien évidemment ! 😁


Notre sirène y nage à volonté, pendant que Raphaël creuse et remplit d’eau ses routes avec sa casquette ! La rivière n’est pas profonde et l’embouchure de l’océan à quelques mètres de nous. Le seul bémol : les déchets sur le sable… L’eau paraît tout de même propre. On en profite. Sylvain s’y baigne aussi et va même jusqu’à l’embouchure avec les enfants pour admirer de gros crabes rouges!
Bientôt l’heure des derniers retours de lancha et nous débarquons sur notre parking, derrière l’hôtel de Maurice. Je ne vous ai pas dit: on campe sur le parking! Il faut juste attendre que toutes les voitures partent pour monter la tente!😆 Les garçons le font pendant que nous allons avec Emma faire le ravitaillement de boissons fraîches et eau potable! On en profite pour compléter le cadeau d’anniversaire de Raphaël…


Le soleil se couche pendant que les enfants jouent une dernière fois sur la plage vaseuse de la rivière avec les petits crabes et essayent de faire un barrage devant le tuyau des eaux usées pour ne pas qu’elles se jettent dans la rivière! Compliqués pour eux de ne pas s’y salir le soir où nous n’avons pas de douche ni d’eau courante! 😰
Repas sous la tente entre les déchets de la plage et les eaux usées de l’hôtel, pour éviter les moustiques avec au menu : pâtes (bien sûr !!) parmesan sauce tomate et melon/carottes. L’ananas acheté sur le marché ?? Pour demain ! Il fait nuit et aucun de nous n’a le courage de le découper sur la plage sans pouvoir se rincer ensuite! Pas grave il reste des « Principe »!!! 😂
Nuit sous la tente donc au rythme des vagues…. Je finis l’écriture pendant que tout le monde dort, les moustiquaires grandes ouvertes (il fait encore très chaud et à 4, la chaleur s’accumule!!! )… mais mangés par les mosquitos! On ne peut pas tout avoir! 😉

J61 Iztapa à Monterrico 27 km


Ils ont rudement bien mangés les moustiques cette nuit… surtout les enfants qui se sont même réveillés à cause des démangeaisons. Antimoustique et crème apaisante encore à minuit…avec toujours cette petite chaleur qui nous fait transpirer même à cette heure! 😅 
8h20 après notre petit-déjeuner et notre rangement quotidien de toutes nos sacoches, nous avons hâte d’arriver à l’hôtel du soir. C’est la première fois que nous en réservons un la veille! Hyper tôt et tellement rare pour nous de prévoir aussi longtemps à l’avance!
Nous sortons d’Iztapa en passant au-dessus du rio Maria Linda. La ville est encore silencieuse: pas de musique à chaque tienda! Mission sur notre route: trouver des tongs pour Emma qui n’ont pas tenu la réparation à la Super-glue, et un maillot de bain pour Raphaël qui a rendu l’âme la veille sur l’arrière!!! 😁
Chose faite dès les premiers kilomètres. On va pouvoir enfin rouler sans s’arrêter, sur cette langue de terre comprise entre la mangrove sur notre gauche (au Nord) et l’océan Pacifique sur notre droite (au Sud). Quelques volcans et montagnes pointent à l’horizon pour sublimer notre panorama.

Que demander de plus?
Du vent? Nous en avons de côté 👌
De l’ombre? Sans problème avec la végétation de leur clôture faite avec des troncs d’arbres aux fleurs rosés.
Des sourires? A chaque 100m….
Des odeurs? Celles des tortillas qui se cuisent sur le feu.
On est aux anges et parcourons nos 27 km plats sur la matinée.
10h30 nos bicyclettes pointent à Monterrico. Village qui a gardé son âme guatémaltèque. Peu de touristes. La plage est publique, l’accès possible depuis le centre ville. Un luxe que nous ne pensions pas possible en voyant les entrées des Hôtels/ Resort et Marina au bord de la route et privatisant par conséquent la plage.


Les vélos déposés à l’hôtel, il est déjà temps à 11h de penser à manger! On ne se refait pas ! 😝
Sandwich au poulet, frites et salade de chou pour ce « midi » un peu tôt!
Nous prenons possession de notre chambre double (nous avions d’abord une résa avec seulement 3 lits simples sans sanitaires…. nous avons préféré changer pour plus « grand ») mais n’avons pas le temps de défaire toutes nos sacoches: Raphaël est impatient de tester son nouveau maillot de bain (« de grand ») dans la piscine…..😍
Sauts, explorations sous l’eau avec notre masque (offert par Roberto à Paamul), leçon de natation avec la bouée dans une eau tiède, jeux… Et pour parfaire ce début d’après-midi, nous faisons la connaissance de Camille et Anne, qui censées partir au départ pour 2 semaines de vacances, visitent le Mexique et le Guatemala depuis 4 mois!!! On adore!!! Très belle rencontre!
La plage et le sable chaud appellent nos loulous qui veulent se mesurer aux vagues avec un nouveau château de sable. Aujourd’hui, c’est gagné pour eux ! (C’est la marée descendante….Chut 🤫).
Un petit goûter après ces activités, douches pour tout le monde pour enlever ce sable noir. Les adultes profitent de la table de ping-pong pendant que les enfants commencent des parties de Uno. Les filles, nous perdons (en ce jour de la femme !!).
Ce soir, le repas change quelque peu puisque nous ne prévoyons pas de pédalage demain mais journée off🏖 . Papas, cebolla, pimiento rojo, tomate…. il va falloir se mettre à l’espagnol ! 😁
Le ventilateur à fond, les moustiquaires et l’antimoustique mis, il est temps d’éteindre et dormir pour certains, pendant que je profite du hamac devant notre chambre sous une jolie palapa pour écrire! Chaque jour est différent!

6 commentaires sur “Saison 2: J60 à J61 Escuintla à Monterrico

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour les aventuriers,

    Voilà mon souhait réalisé….enfin un article sur votre blog après deux mois de voyage. Je vous rappelle que l on voyage à travers vos recits et photos et comme moi, je ne vis pas avec les réseaux sociaux, il n y a que votre blog qui me permet de suivre votre aventure de fou!!!!
    Vous nous faites rêver et qu’ est ce que l on vous envie…..vous êtes loin de cette crise sanitaire qui nous gâche notre existence et les persceptives d avenir plus joyeuses sont encore moi.
    Je tenais aussi à dire que que ce soit Sylvain ou toi Laetitia, vos écrits nous font bien représenter ce que vous vivez….alors continuez.
    Les paysages sont magnifiques et vos deux loulous ont l air radieux. Ce doit aussi vois rassurer sur le fait que vous leur faites vivre une aventure extraordinaire.
    Un nouveau pays s ouvre à vous……comment se passe le passage de frontière avec le covid?
    On attend avec impatience la suite de votre aventure.

    On vous embrasse.

    Bon courage car vous faites vraiment un exploit physique avec tous ces kilomètres avalés et ces dénivelé.

    La famille Vigier

    J'aime

    1. Bonjour la famille Vigier!
      Il suffisait de demander pour les articles 😉 …. mais c’est vrai que l’on s’est laissé un peu déborder par le tri des photos et vidéos, les rencontres et le vélo bien sûr !!
      Nous pensons bien à vous, en Charente, et savons que nous avons de la chance de ne pas vivre la pandémie de la même façon que vous.
      Merci pour ton compliment sur l’écriture. Nous le faisons avec plaisir, en toute humilité, avec le coeur (nous ne sommes pas écrivains ! ). La suite a déjà été écrite…. chaque jour sur la route!
      Les enfants sont ravis, surtout en ce moment où nous longeons le Pacifique. Nous avons trouvé une chambre chez l’habitant au Salvador pour fêter l’anniversaire de Raphaël parmi une famille adorable!!!
      Le passage de la frontière à Ciudad Pedro de Alvarado s’est très bien passé, en 1h tout était bouclé avec passeport et tests PCR. Pour le Honduras et le Nicaragua, ce sera la même chose….nous nous adaptons!!
      Merci pour le soutien la famille. Cela nous fait chaud au coeur de vous savoir derrière nous….
      Embrassez bien vos 3 loulous! A très vite pour de nouvelles aventures!!
      Laetitia, Sylvain, Emma et Raphaël

      J'aime

  2. Merci encore une fois de nous faire partager cette belle aventure. Autres lieux, autres mœurs ! Sourire des chalands et même des policiers ! Ici, c’est différent, bien différent ! Mais nous survivons.
    Hier, nous avons fêté les 18 ans de Jolan (né le 7 mars 2003) chez Isabelle. Le midi forcément. Nous avons pensé aux voyageurs de l’impossible, aux cyclistes de l’impossible, aux oiseaux migrateurs, à vous en somme. Bises de tous.

    J'aime

    1. Merci Patrick! Nous pensons bien à vous aussi, que vous ne vivez pas la pandémie de la même façon que nous, assurément. Nous souhaitons en retard un bon anniversaire à Jolan. Nous vous embrassons! La famille DM

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :